mardi 28 février 2012

Les élections ne se déroulerons jamais sur notre cher territoire

A travers la voix de ses ministres la France nous a indiqué qu'elle défendra jusqu'au bout  sa fabrication et sa création qui est le Mali. Nous savons que le Mali est un pays "made in France", et on peut dire que le Mali est l'enfant illégitime de la France, mais aussi c'est un enfant qui est né  mort, et le Mali c'est l'état qui n'a jamais pu exister malgré le soutien de sa maîtresse la France.
Nous informons la communauté internationale que les élections  présidentielles malienne ne se déroulerons jamais sur notre cher territoire azawadien, et notre cher peuple a montré sa rupture avec l'état malien à travers des manifestations pacifiques, et le Mali aussi a montré et prouver  sa méfiance et son hostilité au peuple touareg, et maure à travers ses actes ignobles, et ses crimes organisés contre le peuple azawadien. Même le peuple malien a fait une forte démonstration pour prouver au monde son incapacité de vivre en paix avec le peuple azawadien et ces derniers évènements qui ont eu lieu dans les ville malienne nous montre ça. Une incapacité que les maliens ont montré à travers leurs actes irresponsables, lorsqu'ils ont saccagé et piller les bien des touaregs et des maures.


Mais nous informons la communauté internationale  aussi que nous somme prêt à facilité aux ressortissants maliens qui sont en Azawad d'élire leurs candidats sur notre territoire. Et nous sommes prêt aussi  à évacuer tous les maliens qui veulent rejoindre leurs pays.  

dimanche 19 février 2012

Il n'y a pas la paix sans l'Azawad

Aucune solution autre que l'indépendance de l'Azawad ne sera pas un solution efficace, et durable, les accords d'hypocrisie signés avec  le gouvernement terroriste du Mali en complicité avec certains hypocrites touaregs ne serons qu'une solution qui ne peut durer que quelques moi, ou plutôt quelques jours.
L'indépendance de l'Azawad est une volonté populaire, alors je pense qu'on ne peut pas mater la volonté d'un peuple, la raison pour laquelle nous voyons que la question touarègue est une problème qui persiste depuis l'indépendance des ex-colonne française qui ont hérité le territoire touareg, ou le territoire dominé par les touaregs avant la colonisation.
Et la chose qu'on ne peut jamais nier c'est la grande différence sociale, culturelle et économique entre   l'Azawad et le Mali, mais la même chose s'observe entre l'Ahaggar-Ajjer et, le reste de l'Algérie, ainsi entre tous les territoires  les  pays qui les ont hérité, sachant que ces pays sont des pays créés par la France.

Nous, on est pas contre l'unité comme nos ennemis veulent le disent. Au contraire nous, on est avec ce qui nous unit, et non pas avec ce qui nous sépare. Mais ce qui nous sépare ce sont les frontières de ces états, la raison pour laquelle  on est contre le Mali, mais pas seulement le Mali, on est contre tous ces pays créés par la France, qui ont hérité nos territoires.


mercredi 15 février 2012

La France doit dire qu'elle est derrière le Mali, au lieu de dire qu'elle est à côté du Mali

Le ministre français de la coopération l'a dit et pourtant il n'a pas besoin de le dire, la France n'est pas seulement au côté du Mali, mais aussi elle est derrière le Mali, car c'est grâce à la France le Mali a vu le soleil, et c'est grâce à elle aussi il a pu mater toutes les révolutions touarègues, mais ni la France ni le Mali ne pourront jamais mater la volonté de notre peuple.
Et si les maliens compte sur l'aide de leurs maîtres nous, nous ne comptons que sur nos combattants, et la volonté de notre peuple.
Si la France pense que la stabilité et, la sécurité dans le sahel est liée à l'unité de ces états qu'elle a créé elle même, sans consulté les touaregs, ça veut dire tout simplement  qu’elle est trompée dans son analyse, et dans son regard aux problèmes de l'Azawad  et à la question touarègue en général.
Notre message est très claire:
Ne vous trompez pas l'unité de du Mali ne fera que dégrader  la situation sécuritaire dans le sahel, car l'indépendance de l'Azawad, est une revendication indiscutable pour les touaregs et, la plus part des asawadiens, et l’existence d'un état qui peut nous aider à garder et à conserver notre culture est une nécessité indispensable, la raison pour laquelle nous resterons derrière nos armes et derrière nos revendications jusqu'au bout.

Le Mali compte sur la France ,mais nous, nous ne comptons que sur notre peuple et ça volonté, et si l'Azawad ne sera pas libre aujourd'hui il le sera demain.