lundi 26 novembre 2012

L'Azawad un problème touareg ou islamiste?

Aujourd'hui il semble que le Mali en collaboration avec l'Algérie et la CEDAO ont créé une nouvelle stratégie pour résoudre leurs problème, il s'agit de l'amalgame. Le Mali et les pays de la sous-région  ont réussi dans une certaine mesure d'occulter les vrais problèmes auxquels ils sont confronté avec un problème inventé par eux-même, à savoir le TERRORISME. Ce terrorisme inventé et financé par ces états n'a jamais été et pourtant un problème à l'état malien qui a bel et bien collaborer avec les terroristes avant le soulèvement de 17 janvier qui a mis l'armé malienne hors territoire de l'Azawad. Mais est-ce que le Mali est confronté a un problème touareg ou islamiste?

On n'a pas besoin d'être des grands analystes pour répondre à cette question. Mais en tous cas c'est un question qui mérite d'être posée, et répondue; car la réponse est la clef  de l’énigme et peut-être même la solution.
 Seulement le fait que l'Algérie et le Niger sont les deux pays de la sous-région les plus concernés  par ce problème nous indique qu'il s'agit d'un problème touareg et non pas d'un problème islamiste. Ces deux pays hostiles à tous ce qui est touareg et ennemis de la culture et de l'identité touarègues. La position de ces deux pays  ne nous étonne pas si nous saurions que ces pays ont été créé par la France sur le territoire touareg ( Ahaggar et Aïr) après avoir endiguer les confédérations touarègues  qui étaient la seule force qui fut un obstacle à la pénétration française dans le Sahel et le Sahara.
Alors c'est la raison pour laquelle ceux qui cherchent une solution aux problèmes du Mali de l'Algérie et du Niger doivent répondre aux revendications et aux exigences touarègues. Et non pas aux revendications des islamistes qui n'ont même pas de revendications car ils ne sont de milices enrôlés par les pays de la sous-région.

En réalité ces groupes de bandits sont loin d'être islamistes. Mais surtout des trafiquants des drogue et voleurs qui utilisent l'islamisme pour créé un climat favorable à leur activité qui n'est autre que la crime organisée, dont  bénéficient les responsables des états de la sous-région.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire