mercredi 30 juillet 2014

Le président malien IBK fait du "Mensonging" à Reuters!

Le président malien IBK

Le "mensonging" est un système de communication inventée parle gouvernement malien,  ce système basé sur le mensonge est
utilisé aujourd'hui par le président malien IBK pour communiquer ses mensonges ce dans ce contexte qu'il a dit à l'agence Reuters;
"l'avion AH5017 c'est écrasé à Aguelhok dans la région de Kidal"
Ces intox maliens n'ont pas surpris personne puisqu'il s'agit d'un
gouvernement qui doit son existence aux mensonges.
Et le président malien n'a pas choisi Aguelhok par hasard, mais
ça s'inscrit dans la logique de falsification utilisée par le gouvernement
malien pour discréditer ses ennemis. Le Mali qui ne contrôle rien sur
le terrain ne peut pas fournir des informations crédibles sur le crashe
d'un avion dont même les état qui ont des moyens satellitaires, et
militaires sur le terrain n'ont pas précipité à donner des informations
sur cet avion.
En réalité le seul objectif de ces intox c'est de dire au monde que le
Mali est sur le terrain, et qu'il contrôle la zone d'Aguelhok, ce qui n'est
pas vrai. L'avion c'est écrasé à Aguelhok ou ailleurs, ce qui est certain
ce que le "président-menteur" peut continuer de mentir au pays de
mensonges, car la honte ne tue pas au Mali.

lundi 14 juillet 2014

Chez moi c'est: un peuple qui veut l'indépendance de son territoire



des manifestants touaregs
Il est très difficile  de trouver des mots pour décrire une situation aussi dure que celle de réfugiés touaregs dans les camps des réfugiés , et à l'intérieur de l'Azawad (le nord du Mali). un peuple chassé par la violence de l'armée malienne sur son propre territoire,  et pris en otage par les difficultés qu'il rencontre dans les camps des réfugiés  dans les pays limitrophes (Mauritanie,  Algérie,  Niger, Burkina Faso ). Ce peuple qui a vécu dans l’enfer  de la marginalisation, et de la famine à l'intérieur du Mali, durant plusieurs décennies entre le marteau de l'armée malienne et,  l'enclume des sécheresses se trouve aujourd'hui dans une très grande difficulté,  car une partie de ce peuple a été obligé de quitter son territoire pour vivre ailleurs das des conditions de vie qui ne sont pas moins catastrophiques que  celles qu'il a connu sur sa terre ancestrale. Ce qui pousse certains membres de ce peuple à se radicaliser, car pour eux c'est le seul moyen d'exprimer leurs souffrances face à cette situation dans laquelle se trouvent leurs familles. D'autant que l'état malien ne cesse de démontrer son rejet  à ce peuple touareg par des massacres organisés par son armée et,  sa population qui saccage et détruit les maisons et, les biens des touaregs après  chaque défaite de l'armée malienne. Aujourd'hui il est temps que la communauté internationale fasse quelques choses pour résoudre le problème qui oppose les touaregs au Mali sachant que  la solution ne peut être jamais un état unit tel qu'il est avant la rébellion 17 janvier 2012, car l'état malien a démontré son échec  sur tous les plans ( militaires, politiques, économiques... ). Les solutions préférées par l'état malien était toujours les solutions militaires. Mais après la débandade de de son armée en 2012 face aux rebelles, et la cuisante défaite de son armée à Kidal en 2013 l'état malien a bien vu les qualités de ses soldatesque. Aujourd'hui la solutions ne peut être que deux "Malis". Si l'indépendance de l'Azawad est inacceptable par les pays de la sous-région  et, notamment l'Algérie  qui a peur de l’apparition des revendications identiques  chez les touaregs du "Hoggar" (le sud algérien). Et si j'ai dit il faut deux "Malis". C'est parce que il est impossible pour les touaregs aujourd'hui de vivre dans un Mali gouverné par un gouvernement installé   à Bamako. Alors c'est à la communauté internationale de préciser la nouvelle forme du Mali et le statut qui sera accordé à l'Azawad : fédéralisme, con-fédéralisme , autonomie...

lundi 7 juillet 2014

Après la marginalisation et la persécution vient la diabolisation!

un enfant touareg dans un camp de réfugiés
Après avoir affamé, massacré,
 terrorisé, et, persécuté la population
 touarègue avec lacomplicité
de la communauté internationale
 aujourd'hui les états de la sous
 région utilise leurs médias et,
leurs réseaux
diplomatique pour créer l'amalgame afin de diaboliser le peuple touareg. Le pays de la
sous région ontconstitué de milice  en Azawad, parmi les azawadiens et  ils continuent aussi d'envoyer leurs criminels et, leurs terroristes vers
l'Azawadpour semer le chaos.
La plus part des chefs terroristes qu'on trouve en Azawad ne
 sont pasorignaire de la région mais surtout des pays voisins,
qui ont recrutédes mercenaires parmi la population locale
épuisée par la famine,et qui n'a aucun ressource pour survivre.