mercredi 20 juin 2018

L’espace Sahélo-Saharien entre l’insécurité et les crises alimentaires





source: www.wikipedia.org


Traditionnellement le Sahara et le sahel sont des espaces pauvres, dont les conditions de vie sont très difficiles, cependant ces deux espaces ont donné ce qu’il faut à leurs habitants pour vivre,  avant l’explosion démographique et les bouleversements politiques qui ont touché cette région. À cela s’ajoute  l’insécurité qui est devenue une maladie chronique pour les états qui partagent cet espace géographique.  A cause de la pauvreté l’économie  basée sur les crimes organisés est devenu presque la seule activité qui assure des revenus considérables aux groupes armés, et même parfois aux gouvernements impliqués dans tous les problèmes qui secouent  leurs pays. Les populations abandonnées à leur sort tombent dans les mains des terroristes.
Des groupes destructeurs et sans projets politiques
Les groupes islamistes sont en général des groupes criminels plus que des groupes politiques,  et dans le cas où ces groupes défendent un projet politique, ça sera un projet  qui vous propose de retourner à l’âge de pierre  et l’économie ne fait jamais partie de leur préoccupation, à part l’économie du crime organisé. Il faut préciser que  pour s’intéresser à l’économie, il faut une certaine ouverture, hors ces groupes sont contre tout type d’ouverture, au contraire ces groupes jouent la fermeture, car la fermeture leur offre un environnement sombre, et propice à leurs activités barbares
Des petits groupes qui  sont aux services des grands groupes
Les petits groupes terroristes aux sahel  sont manipulé et parfois juste inspiré par des grands groupes comme les frères musulmans, et les groupes salafistes  comme les wahabistes . Ces groupes sont aux pouvoir dans certains pays comme  la Turquie, l’Arabie-Saoudite, et le Qatar qu’on peut considérer comme le générateur de frères musulmans. Ces trois pays riches utilisent leurs richesses pour optimiser leur influence au Sahel en surfant sur la religion  et poussent ces groupes à se révolter contre les colonisateurs, les colonisateurs et portant avec lequel il s ont de bonnes relations.
Des groupes islamistes une solution pour combattre les groupes touaregs
Les pays dans la sous-région  peuvent faire avec ces groupes armés ce qu’ils ne peuvent pas faire avec leurs armées, ainsi les groupes islamistes sont devenus une outil pour combattre les groupes qui ont des revendications légitimes ou encore pour massacrer certaines populations opposées au pouvoir central

jeudi 10 mai 2018

Voir l’indépendance ou l’autonomie de l’Azawad comme un facteur de stabilité


L'espace occupé par les  touaregs au Mali

Les gouvernements et les courants nationalistes en Afrique ne cessent de nous expliquer que la partition d’un pays peut être un élément  déstabilisant pour les autres pays. Eux qui ne cessent d’avancer l’intangibilité des frontières hérités de la colonisation. La même colonisation qui n’a rien apporté à l’Afrique, selon eux. La colonisation et pourtant leurs pays en ont le résultat. Et si les africains rejettent tout ce qu’ils ont hérité de leurs colonisateurs, ils feront mieux de rejeter leurs propres états leurs régimes, et par fois leur religion. L’Afrique ira mieux seulement si les africains renoncent à leur nationalisme excessif, ce nationalisme sauvage et tardif, qui ne fait son apparition qu’à l’ère de la mondialisation.
Des états qui ne peuvent pas sécuriser  leurs capitales
La plupart des états Sahélo-Saharien sont des nations très faibles dont les armés nationales ne peuvent même pas sécuriser les capitales des leurs pays, comment peut on rêver que ces armés allaient sécuriser des grandes superficies comme les pays africains?  En plus ces états ne représentent qu’une seule  ethnie, c’est l’ethnie qui a souvent  su  danser  la musique jouée par les colonisateurs à l’époque coloniale.  Ne serait-il pas mieux de diviser chaque état en plusieurs parties gouvernables, dont  la gouvernance de chaque partie  soit assurée par l’ethnie ou les ethnies qui occupent cette partie?  Quand j’entends certains disent avoir craindre que les états africains s’éclatent  en micro-états cela me fait  sourire, car les états africains sont déjà des micro-états  que se soit sur le palan économique, politique, ou encore militaire. L’important c’est la prospérité d’un état, qu’on ne peut mesurer qu’avec la prospérité et la dignité de son peuple, et si l’unité n’amène pas cette prospérité et cette dignité pourquoi ne pas penser à d’autres solutions y compris la partition?  À condition que cette partition soit une solution aux problèmes que les populations vivent dans leur quotidien.
La peur est toujours un signe de faiblesse
Le fait que certains gouvernements ou régimes  aient peur que la partition d’un état ne suscitent pas des velléités indépendantistes dans leurs pays montre bien la faiblesse de ces états sur le plan politique et social, car si ces pays  craignent quelques chose, c’est parce qu’ils ont des problèmes avec une partie de leur population. Mais tout ça n’est qu’une pure hypocrisie puisque quand on prend le cas de l’Algérie qui ne veut pas voir naître un état touaregs qui peut annexer tout le sud algérien ou réveiller des courants indépendantistes dans cette région  (les argument  avancés par l’Algérie).  C’est, ce même Algérie qui soutient les indépendantistes maures de Polisario.  Et pourquoi n’avons-nous pas posé les mêmes problématiques en disant que l’indépendance de ce territoire au sud Marocain constitue une menace pour les états où il y a l’ethnie  maures, comme la Mauritanie, le Mali, le Sénégal ?  On aurait même pu dire que cet état est un véritable menace pour l’Algérie qui soutient son indépendance,  car cette état peut revendiquer la région de Tindouf  habitée  essentiellement par les maures. En tout cas un jour  nos pays découvriront les limites  de leur hypocrisie mais ça sera trop tard, car ils seront rattraper par la vérité, et c’est la réalité qui va mettre fin à leurs mensonges, et elle va mettre fin aussi à l’état nation africain qui n’est qu’une invention occidentale, et si l’occident n’a pas eu la place qu’il lui faut en Afrique, en échange de cette invention  vis-à-vis  de ces pays inventés cela démontre bien l’ingratitude de nos pays et de leurs gouvernement. Oui il faut que ces pays inventés disparaissent un jour ou l’autre, et laissent  leurs places à des états  qui répondent aux réalités africaines, sur le plan politique économique et, social. Même si ces nouveaux états auront des superficies plus petites, ils seront plus grands plus forts sur tous les plans.


lundi 7 mai 2018

L’arabité et la négritude sont en guerre partout sauf au pays touaregs

Pays touaregs face à l'arabité et la négritude


Une hypocrisie arabisée et panafraicanisée
Les deux idéologies qui sont la négritude et l’arabité se font la guerre dans pas mal de pays africains, elles ont même déchiré le Soudan en deux : un pays Arabe au nord très soutenu par les pays arabes, et un pays au sud très soutenu par les pays d’Afrique noire. Et pourtant les adeptes de ces deux idéologies sont des farouche défenseurs de ce qu’ils appellent le panafricanisme dans sa version la plus extrême, la plus folle à savoir l’unité africaine, surtout quand les dirigeants de ces pays se rencontrent à Addis-Abeba. Ainsi les responsables algériens par exemple sont des farouches défenseurs du panafricanisme, quand ils parlent avec leurs homologues subsahariens. Avant de retourner dans leur capitale et ordonner à leurs gouvernements de procéder à l’expulsion des expatriés africains. Ils pensent qu’ils sont un pays arabe qui ne doit pas être ouvert aux africains qui ne sont que des délinquants qu’il faut renvoyer dans leurs pays.
Terre touarègue une zone de collaboration et de fraternité
Seulement au Sahel et au Sahara ces deux idiologies sont en paix car elles se sont trouver un ennemi commun et qui n’est autres que le peuple touareg, ce peuple est le vrai ennemi de tous les pays Maghrébins et sahélien, les groupes terroristes sont tolérés par ces pays plus que les groupes touaregs. Ces pays ont même collaboré avec des mouvements terroristes afin de combattre les groupes touaregs. Et si le Mali a toujours sollicité une médiation algérienne dans le conflit qui l’oppose aux groupes armés touaregs, c’est parce qu’il est sur que l’Algérie est plus hostile à l’existence d’un état à caractères touaregs et qui peut réveiller des courants indépendantistes dans le sud du pays. Cette région appelée le Hoggar (l’Ahaggar) fut un état touareg indépendant jusqu’à l’arrivé de français au début du 20 em siècle, ce qui n’est pas le cas dans le nord du pays qui était sous la domination turque (l’empire ottoman).
Des groupes négroïdes et araboïdes
Des groupes d’auto-défenses négroïdes soutenus par l’état malien et nigérien voir créer même par ces deux états ont vu le jour les années 1990 dont l’objectif est de massacrer les populations touarègues, et confisquer les terres arables sur le fleuve Niger appartenant aux tribus touarègues. Ces groupes ont perpétré des graves atrocités qui ont poussé beaucoup des familles touarègues à se refugier dans les pays voisins. Ces groupes appelés Ganda-Zo, ou Ganda Koy, sont constitué essentiellement de communautés Songhaï , peul  et ils sont dirigés par des officiés qui ont déserté l’armée nationale.
Mais en 2012 il y a une nouveauté puisqu’une nouvelle catégorie des groupes a vu le jour avec le soutien du Mali, de l’Algérie et, de la Mauritanie. Ces groupes constitués essentiellement des maures, et qu’on peut qualifier des groupes araboïdes, ont des relations très étroites avec les terroristes d’Al-Qaïda et ils sont dirigés pour la plus part, soit par des algériens, soit par des mauritaniens, ou encore des touaregs manipulés par les services de renseignement algérien. Si ces deux ennemis qui sont la négritude et l’arabité sont en parfait entente au Sahel, cela est pour la simple raison que ces idéologies ségrégationnistes, et qui dénonce et prône en même temps le racisme ont une objectif commun. Et leurs contradiction qui réside dans le fait qu’ils sont nait pour dénoncer la ségrégation et le racisme occidental, alors qu’ils se comportent de la même manière à l’égard des touaregs.



mardi 1 mai 2018

quel avenir pour l'accord d'alger?

Source: Wikipédia

Étant un accord  imposé aux partie qui l’ont signé, on a commencé à s’interroger sur sa viabilité et son applicabilité dès sa signature entre les groupes du nord et le gouvernement malien toutes ces parties ont des difficultés à appliquer cet accord, et  de l’expliquer à leurs bases de ce fait on peut dire avec une  grande certitude que  l’accord d’Alger n’est que de l’ancre sur papier.  Et la communauté internationale aussi  semble incapable de l’imposer. On peut dire tout simplement que cet accord n’est pas viable car s’il est signé pour être appliqué, mais quels sont les obstacles qui font de cet accord un system d’équations sans solution ?
En fait comme vous l’avez appris en Analyse pour qu’un system d’équations (premier degrés a deux inconnus) possède une solution il faut que leurs deux droites représentatives soient concurrentes, c'est-à-dire il faut qu’ils aient un point en commun.  Cela va de même  dans la vie politique et sociale aussi, pour que  deux entité politique ou sociale travaillent ensemble il faut qu’ils aient quelques choses en commun, or ce n’est pas le cas entre le gouvernement malien et les groupes du nord, même ceux qui sont qualifiés des groupes pros-gouvernement ne le sont pas en réalité, et ces groupes sont détestés par le gouvernement plus que les autres.  Et  même  si  certains pensent que le terrain est un point commun entre les nordistes et les sudistes, en réalité les ne sont présent sur le terrain que grâce à la France qui les a amené durant la période coloniale, et qui continue de le protégé aujourd’hui aussi grâce à l’opération  Barkhan . Et vous avez bien raison de vous interroger en posant la question : « que sera le Mali sans la France ? Et qu’aurait-il devenu sans la France ?»

Mais qui  tient des obstacles à l’application de cet accord?
Pour répondre à cette question il faut d’abord situer les principaux objectifs de cet accord  et ces objectifs ont peut le situé en quelques lignes pour n’est pas compliqué la lecture aux gens qui ne connaissent le problème du nord autrement dit l’Azawad :
1-Le développement du nord à travers des projets financés pour la plus part par l’union européenne et les nation-unis.
2-Le retour des tous réfugiés qui ont fuit cette région délaissé par l’état malien depuis son indépendance jusqu'à la fuite de son armée et de ses représentants en 2012.
3-L’stabilisation du nord à   travers la constitution d’une  armée constitué essentiellement des groupes du nord qui connaissent la région  car l’armée malienne ne connaissent pas le terrain pour lutter contre l’insécurité qui règne dans cette région.
Alors on le voit bien les objectifs de cet accord sont les mêmes revendications avancé par les groupes armés du nord même ça n’inclus pas l’indépendance de cette région, du coup il est difficile voire incompréhensible de  dire que ce sont ces groupes qui empêche son application car ces groupes en profitent bel et bien. Quant au gouvernement malien, cet  accord ne correspond à aucun de ces objectifs, et est même contre sa politique générale  comme n’a jamais cessé de le dire. Oui il est contre ces principaux objectifs parce que le développement du nord n’a été dans sa politique, et l’insécurité il en est responsable  lui qui a invité les groupes terroristes à s’installer dans cette région à l’époque du président ATT, en  complicité avec le voisin du nord qui est l’Algérie, et ces groupes terroristes importés ont joué un rôle primordiale dans la lutte contre les  groupes touaregs qui militent contre le gouvernement malien. Il faut souligner le vair menace pour le gouvernement de la sous-région ne sont pas les groupes terroristes mais plutôt les mouvements indépendantistes. Même si je ne suis pas qu’il  y a aujourd’hui des mouvements indépendantistes dans la sous-région à par le Polisario qui bien toléré par tous le bien africain car il n’est pas un mouvement touareg ou berbère.  Le MNLA qui se dit indépendantiste a été pris très tôt en otage par  d'autre mouvements n'ont pas le même objectif, et qui sont soutenu par l'Algérie, ce qui peut rassurer le gouvernement malien car l’Algérie est hostile à l’existence d’un état touareg plus que le Mali et le Niger.

jeudi 29 juin 2017

Le G5 Sahel un nouveau jeu


Logo du G5 Sahel, Source: Wikipédia
On nous dit que les G5 est la nouvelle structure des pays les plus pauvres (dont 4 sont enclaver dans le continent le plus pauvres) ces pays vont faire ce que les G7 et le G20 n’ont pas pu faire, c’est-à-dire anéantir le terrorisme. Une véritable blague n’est-ce pas?

Vous connaissiez déjà peut-être les pays du G7 et du G20 mais il semble que la France vous a créé une nouvelle structure appelée les pays du G5 Sahel. Et la France vous dit que c'est ce nouvel assemblage des pays les plus pauvres, et dont 4 sont enclavés dans le continent le moins développé sur la planète terre, ces pays vont faire ce que les G7 (les plus industrialisés) et les G20 (les plus riches) n'ont pas pu faire, c'est-à-dire anéantir les terroristes, une véritable blague française n'est-ce pas? Mais heureusement les français ne sont pas les seuls qui savent rigoler, nos gouvernements aussi promettent de finir avec les terroristes s'ils trouvent l'argent, ils disent l'argent c'est tout ce qui leurs manque. Et cet argent  va finir probablement  son chemin dans les comptes bancaires de nos président de leurs ministres, et de leurs amis terroristes. C'est un jeu rentable mais pas pour les citoyen lambda ni en Afrique ni en Europe.
Un jeu de cache cache
il semble que les africains et leurs amis français se mentent, mais le mensonge c'est même la base de la France-Afrique. Ces pays savent bien que le problème dans l'espace Sahelo-Saharien est antérieur à la monté de l'extrémisme financé par leurs amis qataris et, saoudiens qui construisent des écoles pour y enseigner l’ignorance, oui l'ignorance est considérée par certains comme un véritable savoir voir une science.
L'Algérie va jouer au jeu 5
Désormais les relations entre l'Algérie et les groupes terroriste sont connues presque par tous, ce qui a poussé probablement le président français à hausser le ton contre le gouvernement algérien lors de sa dernière visite à Gao, bien que l'Algérie malgré cette nouvelle donne va continuer toujours de soutenir les groupes terroristes car c'est la meilleur  solution d’empêcher l'apparition ou la naissance d'un état touareg, qui est un véritable cauchemar pour l'Algérie.
Donald Trump n'est pas prêt à jouer:
il semble que les américains ne sont pas prêt ou du moins ils sont retissent à participer à ce jeu mené par la France et  ses satellites. En fait Donald Trump est un homme d'affaire et les hommes d'affaire ne jouent pas avec l'argent. Donner de l'argent aux gouvernements africains n'est qu'un gaspillage. Mais la question reste: Pourquoi combattre les terroristes, et pas ceux qui les soutiennent financièrement et militairement?

vendredi 16 décembre 2016

Le nombre " 5" en quoi est-il curieux?

Source: ma page facebook
Le nombre 5, je ne sais pas en quoi est-il curieux et pourtant c'est le symbole de #kel_tamasheq (#imouhagh) tout comme l'est l'étoile de David pour les juifs ou la croix pour les chrétiens et le croissant pour les musulmans. Eh bah, mais le 5 est le nombre de doigt dans une main ;) le nombre d'orteil dans un pied ... Bon mais ça ce n'est pas quelque chose de très mathématique :)
Eh voici une propriété mathématique propre au nombre 5: Prenons la suite des nombres impairs : {1, 3,5, 7, 9, } en multipliant ces nombres par 5 on obtient la suite (Vn) dont la somme des chiffres de chaque terme donne la suite des nombres naturels, ou les nombre entiers (N): { 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, ... }
(N+2)_______(N+2)*5______(N)
1___________1*5= 5______5
3___________3*5= 15_____6
5___________5*5= 25_____7
7___________7*5= 35_____8
9___________9*5= 45_____9

--------------------------------------------------------------1------------------------------------------------------------
11_________11*5= 55_____10
13_________13*5= 65_____11
15_________15*5= 75_____ 12

17_________ 17*5=85_____13
19_________ 19*5=95_____14
------------------------------------------------------11------------------------------------------------------------------
Alors le nombre 5 nous permet de passer des nombres naturels impaires (N+2) aux nombres naturels en général. La raison pour laquelle le 5 mérite bien le titre de "nombre curieux"    N'est-ce pas? .Mais après  le 19 il semble que ça ne marche plus
 Si ça marche mais il faut recommencer avec les mêmes nombres impaires précédés par le chiffre (1) deux foi (c'est-à-dire précédés par le nombre (11) comme suit:

111________111*5= 555______15
113________115*5= 565______16
115_______115*5=575_______17
117_______117*5=585_______18
119_______119*5=595_______19
-----------------------------------------------------------111-----------------------------------------------------------
Et il faut recommencer avec les nombres impaires mais cette foi-ci précédés par le nombre (1) trois fois ( c'est-à-dire 111) comme suit:
1111______1111*5=5555-_____20
1113______1113*5=5565_____21
1115______1115*5=5575_____22
1117______1117*5=5585_____23
1119______1119*5=5595_____24

Et recommencez encore avec les mêmes nombres précédés par le chiffre (1) cette foi-ci  quatre fois c'est-à-dire le nombre 1111

-----------------------------------------------------------1111-------------------------------------------------------
11111*5______11111*5=55555______25

jeudi 6 octobre 2016

La seule solution qui peut marcher à Kidal



Après avoir découpé la région de Tombouctou et, de Gao chacune en deux nouvelles régions, cette methode pourrait être plus efficace dans la région de Kidal qui vit au rithme d'une guerre  tribale pour que chaque tribu se sente maîtresse de ses villages, pâturages, et de ses trafiques.

La guerre fratricide et, tribale qui règne actuellement dans la région de Kidal n'est qu'une course aux postes au sein du gouvernement malien, entre les groupes armée, ces groupe armée qui ne sont que deux  tribus, et leurs alliés. Oui il s'agit juste d'une course entre ces deux tribus pour gagner plus de postes au sein de l'état malien. Un état qui doit son existence, son unité, et même sa création aux étranger. Et pourtant les maliens ne cessent de lancer des injures, et d'insultes contre la France qui a créer le Mali, et qui protège toujours ce Mali à genoux. Et la même chose se répète avec le GATIA, ce groupe armée qui a tout fait pour le Mali, est très rejeté par le gouvernement malien, et la classe intellectuelle malienne, juste parce que il s'agit d'un groupe touareg. Ce qui démontre que le Mali mérite bien sa place comme le troisième état le plus raciste en Afrique comme le suggère une enquête faite par deux suédois  les injures et les insultes des maliens envers leurs protecteurs montre qu'il sont peuple peu reconnaissant.

S'agit-il vraiment d'une guerre tribale?
Il faut bien poser cette question, car il y en a qui disent qu'il ne s'agit pas d'une guerre tribale, ce qui est la vision de HCUA (Haut Conseil pour l'Unité de l'Azawa), cette milice tribale pro-Algérie, et qui essaie de ce rapprocher du gouvernement malien au détriment du GATIA (Groupe Autodéfense  Touareg Imghad et Allié). Alors si ces deux groupes armées sont tous les deux d'accord pour l'unité du Mali et le redéploiement de l'Administration malienne sur le territoire de l'Azawad, comme ils l'ont signé dans accord de paix  en Algérie. Et si ces deux mouvements  ne s'affrontent que dans la région de Kidal. Tout ça nous indique qu'il s'agit bien d'une guerre tribale dont les racines remontent aux années 1990 lorsque les ifoghass se sont constitué en milice appelée MPA (Mouvement Populaire de l'Azawad), dirigée par Iyad Ag Aghali l'actuel chef d'Ansar-Al-dine  pour venir en aide au gouvernement malien, et combattre les imghad ARLA (l'Armée Révolutionnaire de l'Azawad) et dont Alhadji Ag Amou ( l'actuel général malien) fut le chef d'état-major à cette époque ce sont les imghad qui ont refusé de rendre les armes. Depuis cet évènement les ifoghas se sont éloigné d'imghad, alors qu'ils était considéré par tous les touareg comme une tribu d'imghad (la deuxième classe sociale selon l'ancien  selon l'ancien hiérarchie touarègue)

Il faut découper Kidal en deux ou trois régions 
Cette guerre fratricide ne profite à aucun groupe, elle ne profite pas aussi à l'état malien. Il n'y aura absolument pas des gagnas il  n'y aura que des perdants. D'où la nécessité d'une solution qui peut satisfaire toutes les tribus, cette solution ne peut être que la partition de la région de Kidal en deux ou trois régions (le nord, le centre, et le sud), si la région de Tombouctou et de Gao ont été découpées chacune en deux régions, alors qu'aucune n'a été le théâtre d'une guerre tribale comme c'était le  cas malheureusement à Kidal. Pourquoi il ne faut pas découper la région de Kidal en deux ou trois régions pour que chaque tribu se sente maîtresse de ses villages, pâturages et de ses trafiques

Conclusion: La solution ne peut être jamais militaire, tous le monde est perdant dans cette guerre, et la meilleur solution est la partition de Kidal en plusieurs région.